« C’est avec de telles pensées à l’esprit que les bahá’ís collaborent, dans la mesure de leurs ressources, avec un nombre croissant de mouvements, d’organisations, de groupes et de personnes, établissant des partenariats qui s’efforcent de transformer la société et de faire avancer la cause de l’unité, de promouvoir le bien-être de l’humanité et de contribuer à la solidarité mondiale. »

— La Maison universelle de justice

Bahá’u’lláh conseille à ses disciples : « Préoccupez-vous sérieusement des besoins de l’âge dans lequel vous vivez et concentrez vos délibérations sur ce qu’ils exigent et requièrent. »

Ainsi, dans le monde entier, les bahá’ís – individuellement et collectivement – s’efforcent de s’impliquer dans la vie de la société, travaillant côte à côte avec divers groupes pour contribuer au progrès matériel et spirituel de la civilisation.

Deux domaines d’activités complémentaires sont étudiés ici. L’action sociale décrit un ensemble d’activités, souvent entreprises sur le terrain et dont le but est de contribuer au bien-être matériel et social de la population. En rapport étroit avec ces activités, les bahá’ís s’efforcent de contribuer au bien commun dans le domaine de la pensée en participant aux discours de la société . Ce qui implique pour les bahá’ís de partager des idées inspirées par les enseignements bahá’ís dans divers espaces sociaux. Les assemblées spirituelles nationales coordonnent les efforts des bahá’ís qui contribuent aux discussions centrées sur les divers aspects du progrès social tandis qu’au niveau international la Communauté internationale bahá’íe est présente dans de nombreux réseaux mondiaux, préoccupés par des problèmes tels que l’égalité de l’homme et de la femme et le développement durable.

: