« Ces saintes Manifestations ont été comme l’avènement du printemps dans le monde... À chaque printemps c’est le moment d’une nouvelle création… »— ‘Abdu'l-Bahá

La foi bahá’íe a débuté avec la mission confiée par Dieu à deux messagers divins : le Báb et Bahá'u'lláh. Aujourd'hui, le caractère particulier de l'unité de la Foi qu'ils fondèrent vient des directives précises données par Bahá'u'lláh, lesquelles ont assuré la continuité de sa volonté, après son décès. Cette succession, appelée l'Alliance, va de Bahá'u'lláh à son fils ‘Abdu'l-Bahá, puis à Shoghi Effendi, le petit-fils de ‘Abdu'l-Bahá, et enfin à la Maison universelle de justice, ordonnée par Bahá'u'lláh. Un bahá'í accepte l'autorité divine du Báb et de Bahá'u'lláh ainsi que celle de ces successeurs désignés.

Le Báb »

(1819-1850)

Le Báb est le précurseur de la foi bahá'íe. Au milieu du XIXe siècle, il a annoncé être le porteur d'un message destiné à transformer la vie spirituelle de l'humanité. Il avait pour mission de préparer la voie à l'avènement d'un second messager de Dieu, d’un rang plus élevé que lui, qui ouvrirait un âge de paix et de justice.

Bahá’u’lláh »

(1817-1892)

Bahá'u'lláh – la « Gloire de Dieu » – est le Promis qui a été annoncé par le Báb et par tous les messagers divins du passé. Bahá'u'lláh a transmis à l'humanité une nouvelle révélation venant de Dieu. Des milliers de versets, de lettres et de livres ont coulé de sa plume. Dans ses Écrits, il a défini un cadre pour le développement d'une civilisation mondiale qui prend en compte les dimensions spirituelle et matérielle de la vie humaine. Pour cela, il a enduré pendant quarante ans la prison, la torture et l'exil.

‘Abdu'l-Bahá »

(1844-1921)

Dans son testament, Bahá'u'lláh a désigné son fils aîné, ‘Abdu'l-Bahá, comme l'interprète autorisé de ses enseignements et comme le dirigeant de la communauté bahá'íe. De l'Orient à l'Occident, ‘Abdu'l-Bahá fut connu comme un ambassadeur de paix, un être humain exemplaire et comme le principal représentant d'une nouvelle religion.

Shoghi Effendi »

(1897-1957)

Nommé Gardien de la foi bahá'íe par ‘Abdu'l-Bahá, Shoghi Effendi, l'aîné de ses petits-fils, a passé trente-six années à soutenir systématiquement le développement, à approfondir la compréhension et à renforcer l'unité de la communauté bahá'íe au fur et à mesure qu’elle croissait et reflétait la diversité de l'espèce humaine tout entière.

La Maison universelle de justice »

(établie en 1963)

Aujourd'hui, le développement mondial de la foi bahá'íe est guidé par la Maison universelle de justice. Dans son Livre des lois, Bahá'u'lláh demande à la Maison universelle de justice d'exercer une influence positive sur le bien-être de l'humanité, de promouvoir l'éducation, la paix et la prospérité mondiale, ainsi que de sauvegarder l'honneur de l’être humain et la place de la religion.