« La nécessité suprême de l’humanité est la coopération et la réciprocité. » ‘Abdu’l-Bahá

L’individu et la société

Nous vivons aujourd’hui une période unique de l’histoire. Émergeant de l’enfance et approchant de sa maturité collective, l’humanité ressent de plus en plus le besoin d’une nouvelle compréhension de ce que doivent être les relations entre l’individu, la communauté et les institutions.

Il faut comprendre que ces trois protagonistes sont interdépendants dans l’avancement de la civilisation et que les vieux paradigmes basés sur des conflits, comme, par exemple, les institutions qui cèdent à la demande alors que les individus réclament la liberté, doivent être remplacés par des conceptions plus profondes des rôles complémentaires que chacun doit jouer dans la construction d’un monde meilleur.

Accepter l'idée que l’individu, la communauté et les institutions de la société sont les protagonistes dans la construction de la civilisation, et agir en conséquence, ouvre en grand le champs des possibilités pour le bonheur de l’homme et permet la création d’environnements dans lesquels les vrais pouvoirs de l’esprit humain peuvent s’exprimer.


« Tous les hommes ont été créés pour travailler au développement incessant de la civilisation. »

— Bahá’u’lláh

: