Le tombeau du Báb, sur le mont Carmel, à Haïfa, en Israël. C’est l’un des lieux les plus sacrés au monde pour les bahá’ís.

La quantité et la qualité des Écrits du Báb sont extraordinaires à tous points de vue. Au cours des quatre premières années de sa mission, il écrivit un demi-million de versets. Le Báb rédigea de nombreuses lettres, y compris au roi d'Iran, Muhammad Shah, ainsi qu'à tous les dirigeants du clergé du pays. Les premières années de sa mission, le Báb écrivit surtout de sa main. Plus tard, les versets furent dictés à un secrétaire.

Ci-dessous une courte sélection d'extraits des Écrits du Báb.

Qui, hormis Dieu dissipe les difficultés ? Dis : Loué soit Dieu ! Il est Dieu ! Tous sont ses serviteurs et tous se soumettent à son commandement !

( Sélections des Écrits du Báb )

Détache-toi de tout sauf de Dieu, enrichis-toi en Dieu en te passant de tout autre que Lui, et récite cette prière :

Dis : Dieu suffit à toutes choses au-dessus de toutes choses et rien dans les cieux ni sur la terre ni dans ce qui se trouve entre les deux sauf Dieu, ton Seigneur, ne suffit. Il est en lui-même celui qui sait, celui qui soutient, l’Omnipotent.

( Sélections des Écrits du Báb )

Ô Seigneur ! En toi je cherche refuge et vers tous tes signes je dirige mon cœur. Ô Seigneur ! En voyage ou chez moi, durant mes activités ou pendant mon travail, je place toute ma confiance en toi.

Aussi, accorde-moi ton aide suffisante afin de me rendre indépendant de toutes choses, ô toi qui es sans pareil en ta miséricorde. Accorde-moi ma part, ô Seigneur, comme il te plaît, et fais que je sois satisfait de tout ce que tu as ordonné pour moi.

Tu détiens l’autorité absolue pour commander.

( Sélections des Écrits du Báb )

La plus acceptable des prières est celle qui est offerte avec la spiritualité et le rayonnement les plus extrêmes ; sa prolongation n’a pas été et n’est pas aimée de Dieu. Plus la prière est détachée et pure, plus elle est acceptable en présence de Dieu.

( Bayán Persan, Sélections des Écrits du Báb )

Il sied au serviteur, après chaque prière, de supplier Dieu d’accorder grâce et pardon à ses parents.

( Bayán Persan, Sélections des Écrits du Báb )

Je suis le premier point à partir duquel toute créature a été engendrée. Je suis le visage de Dieu dont la splendeur ne peut être obscurcie, la lumière divine dont le rayonnement ne peut s’affaiblir.

( Épître à Muhammad Shah, Sélections des Écrits du Báb )

La substance avec laquelle Dieu m’a créé n’est pas l’argile dont Il a modelé les autres. Il m’a accordé ce que la sagesse humaine ne pourra jamais saisir, ni le croyant découvrir.

( Épître à Muhammad Shah, Sélections des Écrits du Báb )

Il est préférable de guider une seule âme plutôt que de posséder tout ce qui se trouve sur la terre car, tant que cette âme reste à l’ombre de l’Arbre de l’unité divine, elle bénéficiera, ainsi que celle qui l’a guidée, de la tendre miséricorde de Dieu, alors que la possession de biens terrestres cessera au moment de la mort. Le chemin de celui qui guide est un chemin d’amour et de compassion, non de force et de coercition. Telle a été la méthode employée par Dieu dans le passé, et elle continuera à l’être dans le futur !

( Bayán Persan, Sélections des Écrits du Báb )

Le Seigneur de l'univers n’a jamais élevé un prophète ni envoyé un Livre sans avoir établi son alliance avec tous les hommes, réclamant leur acceptation de la prochaine révélation et du prochain Livre, car les effusions de sa générosité sont incessantes et sans limite.

( Bayán Persan, Sélections des Écrits du Báb )

Annotation: